Je viens de retrouver ce post jamais publié : ´Eh quoi! C'est quoi ce silence sur ces pages ? Qu'est ce que ça dit cette impossibilité croissante ces derniers mois, ces dernières années à parler de moi, d'émoi ... rectifie le correcteur orthographique. Je relisais certains de mes posts, surpris de lire un autre moi même, dont je n'aurais maintenant qu´une connaissance assourdie. Où, quand cela a-t'il été perdu? Allumer la télé au lieu d'ouvrir un bouquin ? Rester chez soi plutôt que de s'ouvrir au monde ? Considerer qu'il vaut mieux gagner de l'argent avant que de se risquer à l'amour ? C'est que mes facultés, dejà limitées, à refuser la facilité se sont émoussées, et les épreuves n'ont rien arrangé. Je vis dans ma bulle, tenu par la peur qu'elle n'eclate, et je ne sais pas comment en sortir, je ne veux pas en sortir. Je me défend d'etre vulnerable, j'en paie le prix, et ce qui m'inquiète, voyez vous, c'est ma capacité declinante à consoler et être consolé à mon tour. Je ne deviens pas dur, cela pourrait vouloir dire solide, je deviens vide. Ce n'est pas la même chose. ´ Je ne sais pas ce qui a changé depuis. Il y a longtemps que je n'ai plus écrit. Mais les choses ont bougées. Voilà, c'était pour dire qu'aujourd'hui je me marie. Je pense à mon père, je pense à Ambre. Ils auraient été si heureux n'est ce pas ? Et je me dis que notre vérité est là où nous sommes le plus inconsolables. Allez, allons un mettre un joli costume et déjeuner sur la plage.