Il y a longtemps, je n'avais pas trouvé les mots pour dire ce que je pressentais de la dangerosité de ses évidences discursives, en fait des raccourcis nauséabonds.  Il aura fallu l'aide d'un  psy. L'analyse était bonne.

http://www.dailymotion.com/video/x1vfyt_gerard-miller-analyse-sarkozy

Depuis quelques semaines, il y a cette pensée magique, superstitieuse, qui dit que l'élection prochaine marquera, comme pour le pays, pour moi-meme aussi, la fin d'un quinquennat mortifère. En finira-t-on du climat anxiogène, des inquietudes qui  torturent l'esprit ? Il m'a été donné depuis peu, dans ma vie, le moyen d'apaiser les terreurs qui m'envahissaient. Moyen artificiel sans doute, mais cette éclaircie me donnent à voir qu'une autre manière de vivre est possible. Au tranchant des peurs qui voudraient nous cisailler pour asseoir leur pouvoir,  opposer une rondeur dense et tranquille,  sur laquelle riperont les lames de l'eclatement. Un projet politique rejoignant une construction intime, avec pour image, une boule d'argile au coeur tendre, faconnée avec precaution et devenue progressivement solide sous la chaleur douce de la confiance. Au fait, sur la balance, j'ai pris dix kilos. Beau et prêt à rouler.