En somme, pourquoi le blog ? Je veux dire nous aurions pu choisir de ne pas écrire ou de produire de l'essai, du roman ou de la nouvelle, que sais-je.... Nous aurions pu les publier sur un site pour qu'ils soient lus. Nous avons choisis le blog et son expression particulière. Celle d'un journal d'abord, c'est-à-dire la contrainte plus ou moins formelle de la régularité et sur le fond donc, le reflet du fil des jours, de la quotidienneté du haut et du bas. Un journal intime aussi.  Moins pour son contenu sentimental ou sexuel, présent mais pas obligé comme le souligne Oli dans un de ces commentaires, intime justement parce qu'il dit le déroulé des jours dans son extra ou son ordinaire, exactement comme nous pourrions le faire auprès de ceux dont nous sommes le plus proches. Un journal intime interactif ensuite. Parce que l'expression n'est pas lancée dans un espace vide mais qu'elle sollicite le commentaire et qu'elle appelle la présence de l'autre. Parfois au delà de là où on l'attends, dans une réponse parfaite ou ailleurs, à côté, en décalage, même décevante, voire violente mais réelle.  Innacompli le commentaire reste un cadeau narcissique. Parce qu'il reste une attention portée à ce que nous sommes jusqu'au vertige comme chez Matoo. Ce que nous savons du blog, comme expression singulière, c'est qu'il dit, quelle que soit la forme que nous lui donnons, notre solitude extrême. Le besoin intense de nous dire jour après jour et que ce dit soit connu, à défaut d'être reconnu. Jusqu'au plus douloureux comme chez Gvgvuss ou au plus provocateur comme chez le Paumé, puisqu'il s'agira d'être entendu. En témoignant de cela, je crois bien franchir la ligne rouge. Parler du contenu pourquoi pas ? Mais du pourquoi ... journal intime interactif... anonyme. Est-ce une réponse ?

Bien sûr, mon coeur a bondi quand j'ai vu ça chez Chronolog. J'ai compris en relisant la totalité de son blog, la raison de cette émotion. Ce type nous raconte. Et il le fait avec talent. Il m'affiche comme si j'étais son égal. Je me suis cru à cause de cela, un court instant, le kingoftheworld dont il parle.

PS. Suite du post précédent. J2M doit me rappeler. Je l'attends.